TOP 10 de mes jeux préférés – Partie 2 / 2

00 - TOP 02

Aujourd’hui, je vous propose la suite de mon Top 10, avec les cinq premières places !

5EME – MASS EFFECT (la trilogie)

07 - Mass Effect

Support : PS3 – XBOX 360 – PC

Date de sortie du premier épisode (EU) : 23 novembre 2007 sur XBOX 360

Pour cette série, je n’ai pas eu d’autre choix que de mettre les trois épisodes ensemble, car la trilogie Mass Effect forme au final, un tout qui s’apprécie dans son ensemble. En effet, cet ambitieux space opéra, qui nous met dans la peau du Commandant Shepard dans un jeu mêlant action et RPG (à très moindre dose), nous propose de vivre notre propre histoire, à notre façon, en nous proposant un certain nombre de choix à effectuer, qui auront des conséquences sur les épisodes précédents.

Un exemple : si vous sauvez un personnage que vous croisez à un moment de l’histoire dans le premier épisode, il y a des chances pour que vous le croisiez dans les épisodes suivants et qu’il vous soit utile ou cherche à vous abattre. Sauf que parfois, les décisions à prendre sont extrêmement difficiles, car les conséquences qui en découlent peuvent être graves.

Le pitch est très simple : il faut sauver le monde. Mais l’histoire est bien plus complexe que cela, et l’univers qui a été développé pour l’occasion, est particulièrement riche et captivant. De plus, les nombreux embranchements empruntés par notre commandant éclipsent le pitch pour nous offrir une trame principale riche, passionnante et à multiples embranchements.

A votre tour de sauver le monde !

4EME – FINAL FANTASY VIII

08 - FFVIII

Support : PS1

Date de sortie (EU) : 27 octobre 1999

Vous pensez sans doute que j’ai choisi cet épisode de la prestigieuse série Final Fantasy parce qu’il s’agit du premier auquel j’ai joué ? Vous vous trompez, la raison est tout autre. En effet, j’avais déjà joué à Final Fantasy VI sur Super Nintendo, version américaine à l’époque, ainsi que le fameux Final Fantasy VII. Pourtant, c’est avec le VIII que j’ai pris le plus de plaisir, pour plusieurs raisons : la scène d’ouverture m’avait tout simplement mis KO à l’époque, avec la superbe composition de Nobuo Uematsu, Liberi Fatali ; la complexité du personnage de Squall était bien développée, et apportait une touche tragique à son idylle avec la superbe Rinoa (même si parfois, j’avais plus envie de le secouer qu’autre chose !), le système de combat était ingénieux et apportait un dynanisme qui aurait été bienvenu dans le VII (désolé pour les puristes), avec l’importance accordée au vol ; et tout simplement, une histoire épique et pleine de rebondissements, qui débute dans l’académie dont tout étudiant normalement constitué rêverait ! Un Todai version plus !

Et maintenant, le Podium !

3EME – TALES OF XILLIA (le dyptique)

09 - ToX

Support : PS3

Date de sortie du premier épisode (EU) : 9 août 2013

Ahah, après tout le bien que j’ai dit de ce dyptique par ici et par là, vous vous attendiez à ce que je le place premier, hein ? Ben non, mais podium, tout de même ! Et ce n’est pas le fait qu’il s’agisse d’un épisode qui a divisé les fans qui m’en empêche. Pour faire simple, ceux qui ont vu mes précédents articles savent que Tales of est ma série de J-RPG préférée. Pourtant, aucun des jeux ne figure dans ce top, à l’exception de Xillia. Pour comprendre cela, il faut bien avoir en tête que je parle de la série en général, et que celle-ci offre des épisodes aux histoires et personnages tellement différents, que c’est souvent avec le cœur que l’on choisit son épisode fétiche et que, revers de la médaille, certains épisodes nous ont moins touché que d’autres.

Moi, c’est le dyptique Xillia qui m’a profondément touché, aussi bien dans son histoire que pour ses personnages (je pense notamment à Milla Maxwell) et son excellent système de combat, et il s’agit d’un jeu sur lequel je peux revenir volontiers, sans jamais éprouver la moindre lassitude.

2EME – SECRET OF MANA

10 - Secret of Mana

Support : Super Nintendo

Date de sortie (EU) : 24 novembre 1994

Là, c’est du lourd ! Du très lourd ! Je me rappelle encore de mes longues parties dans ma chambre, où j’avais eu la chance d’avoir une toute petite télé à tube cathodique (mais à l’époque, c’était grand luxe), uniquement réservée à ma brave Super Nintendo ! Mais alors, c’étaient des heures de rêve, de dépaysement et d’émotion forte ! Vous me trouverez peut-être un peu trop classique, car ce jeu doit faire partie des jeux préférés de 80% des amateurs de J-RPG du monde, mais il faut bien reconnaître que si c’est le cas, c’est pour une bonne raison : le jeu est excellent ! Et encore aujourd’hui, il a su traverser les années, tel un bon vin qui a su se bonifier, pour nous offrir un délicat parfum, ici de nostalgie et de bonheur !

Et pourtant, ce n’est pas le premier, car…

1ER

Le seul…

L’unique…

Le vrai de vrai…

DARK CHRONICLE

11 - Dark Chronicle

Support : PS2

Date de sortie (EU) : 10 septembre 2003

Quoi quoi quoi ? Mais quel est ce jeu ? Si vous ne le connaissez pas, sachez que bon nombre de ceux qui ont mis la main dessus n’en sont pas revenu, car ce jeu est tout simplement, un chef-d’œuvre ! Il réunit tout ce qui se fait de mieux pour un jeu, sans aucune impureté !

Petite mise au point : Dark Chronicle est la suite de Dark Cloud (sa version japonaise s’appelle d’ailleurs Dark Cloud 2). Tous deux réalisés par Level 5 (hé ouais, les mecs, Level 5 ce n’est pas que Layton ou Inazuma), leur gameplay se divise en deux phases principales : la reconstruction du village et, pour se faire, l’exploration de donjons longs…très longs…trop longs et peu variés d’ailleurs dans le premier Dark Cloud, qui à sa sortie a un peu fait l’effet d’un pétard mouillé. Les donjons, générés aléatoirement, étaient divisés en des dizaines d’étages qu’il fallait parcourir.

Mais Level 5 était de ces boîtes qui savaient déjà se remettre en question. Par conséquent, en nous livrant Dark Chronicle, ils ont su corriger leurs erreurs, et nous ont proposé :

Une grande ville recelant de multiples activités avec un cycle jour/nuit, un train qui servait de Hub, des donjons aux décors variés avec des possibilités de check-point mieux gérées que dans le premier, des combats rythmés et plaisants, des quêtes secondaires à foison et des mini-jeux très amusants comme la pêche, particulièrement bien réussie, un binôme de héros très attachant, une musique enivrante, une réalisation en cell-shading magnifique, une durée de vie conséquente…je continue ?

Je considère ce jeu comme le plus réussi, toutes générations confondues, en ce sens qu’il dispose d’un fond et d’une forme parfaitement maîtrisés et cohérents, qu’il est immersif et qu’aujourd’hui encore, ce qui lui accorde ce petit caractère unique est qu’aucune suite n’est prévue.

D’un autre côté, c’est tellement dommage ! Une suite sur PS4 nous ouvrirait de vastes horizons.

A bon entendeur, Level 5 !

Bien à vous,

Hyperion_Seiken

Vous pourrez retrouver l’article précédent par ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s