Ma Collection TALES OF

08

Bonjour à tous,

Je vous propose une page entièrement consacrée à ma Collection de jeux vidéo portant sur la série Tales of. Cette page est donc susceptible d’être régulièrement mise à jour. Bonne visite !

Au cours de l’année 2015, j’ai pu me concentrer sur la commande de certaines pièces manquantes, comme vous avez pu le voir sur mon blog, Vous constaterez que si je possède tous les Tales of sortis en Europe, cela ne veut pas dire que je possède tous les supports. Je pense notamment aux épisodes Symphonia sur GameCube et Dawn of the New World sur Wii, puisqu’ils sont compilés dans l’édition Chronicles sortie sur PS3, que je possède en standard et en collector. Mais je référencerai tout cela en fin d’article.

Montage vidéo fait par Namco Bandai à l’occasion du 20ème anniversaire de la série

Je vous propose de commencer par ordre chronologique selon la sortie du jeu d’origine (hors remake), et non selon la console.

LES EPISODES CLASSIQUES

TALES OF PHANTASIA

01 - Tales of Phantasia 01

Support possédé : GBA

Note : Il m’a fallu attendre début 2015 pour me décider à mettre la main dessus, et j’ai eu beaucoup de chance, car d’une part, je l’avais déjà remarqué chez un vendeur en février et qu’il était toujours là en juin (ouf !), mois où je l’ai acquis. Et d’autre part, parce que le vendeur en question a été aux petits soins avec moi, ayant également pris chez ce dernier une GBA SP Edition Zelda en loose.

Tales of Phantasia, en dehors de ses indéniables qualités qui font encore mouche aujourd’hui (une réalisation impressionnante pour l’époque mais qui tient encore largement la route, et surtout une musique somptueuse et une histoire dans laquelle on plonge instantanément avec plaisir !), est le premier épisode de la saga, et pose déjà les bases du dynamisme et de la richesse des combats. Un grand cru pour un premier coup d’essai, pour ne pas dire un coup de maître !

Format : En outre, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, je possède deux versions du jeu :

– La version GBA, intégralement en français, que j’ai pu obtenir en version boîte car il était hors de question que je me contente d’une loose pour la saga que je chéris tant, et son état est très correct : le carton est en bon état, le jeu dans sa petite poche plastique, le mode d’emploi intact. Même le petit poster dépliable est intact, le code Nintendo VIP n’ayant d’ailleurs pas été gratté :

01 - Tales of Phantasia 02

– La version Super Famicom, intégralement en japonais, mais que je me suis permis de prendre pour la collection, et simplement parce que c’était une bonne affaire sur eBay :11

TALES OF ETERNIA

02 - Tales of Eternia 01

Support possédé : PSP

Note : Originairement sorti sur PS1 au Japon et aux Etats-Unis, le jeu nous a fait l’honneur d’une sortie européenne sur PSP, même s’il n’a été traduit qu’en anglais d’ailleurs. Tales of Eternia est un excellent épisode, même si ce n’est pas celui que je connais le mieux. A ce jour, étant donné que j’ai redécouvert Symphonia à travers la compilation Chronicles dernièrement, Eternia est désormais, au stade de ma mémoire, l’épisode le plus lointain auquel j’ai joué ^^

Comme tous les épisodes sortis sur console portable, il possède un syndrome intimement lié : PAS DE GENERIQUE ORIGINAL ! Le sublime Tales of the Abyss sur 3DS, le mal aimé Tales of Hearts R sur PS Vita (alors qu’il bénéficie des voix japonaises, paradoxe !!) et Tales of Eternia bien sûr…j’ai l’impression que chaque jeu portable qui sort en Occident se voit supprimer la musique originale du générique (pourtant superbe, à chaque fois).

Dommage d’autant que celui d’Eternia a de la gueule (dans la vidéo ci-dessous, la musique démarre à 15 secondes) :

Cela ne fait pas tout bien entendu, même si c’est pour moi un petit rituel d’attendre fébrilement l’opening de chaque opus. Et pour ne rien arranger, si les voix anglaises (hé oui !) étaient critiquées à l’époque…hé bien ce n’était pas exagéré. Le jeu d’acteur est pathétique, et on est loin d’un the Abyss, par exemple, même si certaines attaques clamées manquent encore un peu de panache dans ce dernier.

Bref, malgré ces deux petites piques, n’oublions pas qu’il reste un Tales of d’excellent cru !

Format : Je possède deux versions du jeu :

– La version standard sur PSP, la seule sortie en Europe d’ailleurs, et que j’ai dû me prendre d’occasion (ce qui explique le bas du mode d’emploi un peu abîmé). Je n’étais pas encore fan à ce point à l’époque et, une fois terminé, j’avais vendu le jeu (même si le mal est aujourd’hui réparé, dès qu’on pourra voyager dans le temps, je partirai voir le moi du passé pour lui mettre quelques grosses claques) :

02 - Tales of Eternia 02

– Et la superbe version Premium Box sur PS1, exclusivement sortie au Japon ! Vous pouvez bien entendu retrouver son contenu à travers mon unboxing :

13TALES OF REBIRTH

MAJ 01 - ToRebirth 00

Support possédé : PSP

Note : Nombreux sont les fans à estimer que Tales of Rebirth est tout simplement le meilleur épisode de la série. Je ne saurais juger cela en ce sens que, d’une part, je n’ai pas encore commencé le jeu, et d’autre part, je risque d’avoir beaucoup de difficultés à y jouer, en ce sens que je ne parle pas du tout ni ne comprends le japonais. J’ai l’intention de passer par du fan translation s’il le faut, mais dans tous les cas, je me dois de parcourir ce superbe jeu !

MAJ 01 - ToRebirth

Format : Je possède le jeu sur PSP, en version standard.

TALES OF SYMPHONIA

07 - Tales of Symphonia 01

Support possédé : PS3 (version Chronicles HD)

Note : Il s’agit du premier épisode auquel j’ai joué, lorsqu’il est sorti sur Game Cube en 2004 (en Europe), ce qui en fait bien entendu un jeu que j’affectionne -comme beaucoup d’entre vous, sans qu’il soit pour autant mon préféré. Néanmoins, je pense qu’il s’agit du Tales of bénéficiant de l’une des plus grosses durées de vie parmi tous ceux auxquels j’ai joué jusqu’à maintenant. Pourtant, ce n’est pas sur celui-ci que j’ai passé le plus de temps !

Le sublime générique de Tales of Symphonia, Starry Heavens

En début d’année 2014, l’Europe a eu droit à la sortie sur PS3 d’une compilation HD du plus bel effet, qui regroupait Symphonia et sa suite sortie sur Wii, Dawn of the New world, à laquelle je n’avais jamais eu l’occasion de jouer (je précise que ma véritable fascination pour cette série est née avec l’épisode Xillia, avec l’effet rétroactif qui va avec, bien sûr). Et bien que l’on ne puisse à proprement parler de remake (tout juste d’un lissage), force est de reconnaître que l’on replonge volontiers dans cette aventure exquise et indémodable. Une réussite qui en son temps, a su montrer ce que la Game Cube avait dans le ventre.

07 - Tales of Symphonia 02

Format : Je possède le jeu en deux exemplaires :

– La version standard, celle que j’ai pu acquérir le jour même. Alors que Namco Bandai commençait à nous habituer à de sympathiques Day One Editions avec Graces F et Xillia, on se retrouve avec ce qu’il y a de plus simple pour le pourtant magnifique Symphonia Chronicles. Mais heureusement, j’ai pu mettre la main sur…

– L’Edition Collector, que vous pouvez retrouver dans mon article consacré à son Unboxing. Très jolie édition, elle se présente pourtant dans un packaging qui surprend une première fois, par sa petite taille, et une seconde fois pour tout le contenu qu’il comporte malgré cela. On a droit en effet à un roman (en anglais) très bien mis en page, les OST des deux jeux et surtout, quatre jolies Chibi-figures, le tout dans un emballage cartonné du plus bel effet.

TALES OF THE ABYSS

03 - Tales of the Abyss 01

Support possédé : 3DS

Note : Attention, là, on a du lourd, du très lourd ! Tales of the Abyss est l’un de mes préférés, tout simplement. Entre une histoire passionnante et tragique mais surtout, des personnages extrêmement bien développés, on tient là l’un des épisodes les plus réussis de toute la série. Au risque d’insister, les personnages n’y sont vraiment pas pour rien. Si je devais faire un Top 10 de mes personnages préférés, il y en aurait au moins trois de the Abyss. Et si je devais faire un Top 5, il y en aurait deux, c’est sûr ! Et quitte à briser le suspens tout de suite, il est bien évident que le background mis en place autour du héros, Luke Fon Fabre, pourtant hautain et tête à claque durant la première partie de l’aventure, fait de lui un personnage particulièrement intéressant à suivre, et son évolution parfaitement mise en scène et sa destinée ne pourront que vous émouvoir. L’autre personnage est la belle et mystérieuse Tear Grants, celle par qui tout commence, d’une certaine façon. Pour info, le troisième personnage que j’ai adoré dans cet épisode est évidemment Jade Curtiss.

Le seul reproche que l’on pourrait faire à cette merveille vise uniquement son adaptation 3DS, plus précisément sa version occidentale qui, sans compter le fait que nous n’ayons droit qu’à un titrage anglais, a remplacé l’excellent opening par sa version orchestrale.

Nul ne peut être parfait. Vous pouvez toutefois vous régaler de cet opening via Youtube pour constater le dynamisme et la motivation qu’il transmet :

Bref, The Abyss est un épisode à mon sens indispensable pour les fans de la série, et même pour n’importe quel amateur de J-RPG (là, je parle objectivement d’une valeur sûre !)

Format : Originairement sorti sur PS2, il a eu droit à une sortie 3DS, la version que je possède d’ailleurs et, en cherchant bien, vous pouvez encore la trouver, au pire en occasion et au mieux neuf, à son prix de lancement (soit 39,99 EUR, ce qui est correct pour une série de J-RPG dont les prix flambent à mesure que l’âge s’envole) :

04 - Tales of the Abyss 02

C’est tout de même un comble de voir que pour l’un de mes épisodes préférés, je ne possède que sa seule version standard, elle-même amputée de la musique originale de l’opening. Mais en dehors du fait qu’il n’existe à ce jour aucun collector, ni aucune Limited Edition pour ce jeu, inutile de mentionner que si un jour, par je ne sais quel miracle, Namco Bandai annonce un Remaster de cet épisode, je puis vous dire que, quel que soit le support, quel que soit le prix et quel que soit le collector, il sera mien !

Cela dit, je ne me suis pas contenté que de cette version 3DS. Je possède également une figurine de la très jolie Tear Grants, par Kotobukiya :

Tear Grants

Elle n’est certes, pas aussi jolie qu’une figurine Alter, mais je ne m’attendais pas à ce que le visage soit aussi réussi, et la figurine reste de très bonne qualité. Et puis, c’est Tear :’)

TALES OF VESPERIA

05 - Tales of Vesperia 01

Support possédé : XBox 360

Note : Il s’agit tout de même du jeu qui m’a poussé à acheter la XBox 360 (alors même que je n’étais pas encore fan de la série à ce point-là !), console sur laquelle les développeurs japonais avaient misé haut, au niveau des J-RPG (l’excellent Infinite Undiscovery, le moyen Star Ocean 4, le magnifique Eternal Sonata, le très décevant Blue Dragon, et le controversé Lost Odyssey…), et si certains d’entre eux ont connu une adaptation sur PS3, suite au four que nous connaissons tous pour Microsoft au Japon (et uniquement là-bas, d’ailleurs), certaines petites perles ont su préserver l’exclusivité, et le cas de Vesperia est très particulier.

L’exclusivité de Tales of Vesperia

Le cas Vesperia pose une problématique plus compliqué que celui d’un jeu perdant son exclusivité, en fait ! Le jeu a bénéficié non seulement d’une sortie au Japon, qui a permis à la 360 de respirer le temps de quelques semaines, mais il est également sorti dans le reste du monde.

Or, les joueurs japonais ayant réclamé une adaptation sur PS3 ont rapidement eu gain de cause, avec des personnages et des chapitres supplémentaires (notamment la possibilité d’inclure Flynn dans l’équipe), tandis que les US et l’Europe n’ont jamais pu bénéficier de cette adaptation. D’une certaine façon, ainsi, Tales of Vesperia conservait son statut d’exclusivité à la XBox 360. Triste histoire ? Pas tant que cela, car si nous autres occidentaux n’avons pas touché aux nouveautés incluses dans la version PS3, qui visiblement étaient d’une grande qualité, reconnaissons tout de même la chance que nous avons eu de pouvoir mettre la main sur ce splendide opus, même si, pour ma part, la condition était d’investir dans une 360 (mais que les amateurs de Microsoft ne s’emballent pas, je n’ai aucunement regretté son acquisition, et ai pu tester de belles petites merveilles dessus).

Ce succès occidental a été à double tranchant, car d’un côté, il a créé une très bonne ouverture pour la série en dehors du Japon, encore plus marquée que Symphonia en son temps, si bien qu’aujourd’hui, on peut considérer que les Tales of sont désormais bien implantés chez nous, et ont largement esquivé le cap du jeu de niche.

Revers de la médaille, la communauté a pris une telle envolée qu’elle s’est rapidement divisée, un peu à l’instar de celle de Final Fantasy, avec ceux qui d’un côté défendent corps et âme leur épisode préféré, et de l’autre prennent un malin plaisir à s’acharner sur les nouveaux opus, avec l’éternel prétexte selon lequel c’était mieux avant ! Puis restent ceux qui comme moi, apprécient chaque épisode tout simplement parce qu’ils aiment se plonger dans un nouvel univers, accompagnés par des personnages attachants.

Parfois, j’en suis presque à me demander s’il n’aurait pas été préférable que la série reste un jeu de niche chez nous, quitte à y jouer avec les titrages anglais, histoire d’avoir une communauté solide, soudée et moins radicale que ce que l’on voit aujourd’hui ici et là.

Bref, j’adore Vesperia pour les immenses qualités qu’il possède, mais je persiste à penser que son succès a été à double tranchant pour la série en Occident.

Format : Pour revenir à un sujet plus matériel, comme vous pouvez le constater, je n’ai pu obtenir que sa version standard, faute de mieux, disposant néanmoins d’un mode d’emploi bien étoffé, comme on n’en trouve plus aujourd’hui, à de rares exceptions près. Je ne pense pas, d’ailleurs, qu’à l’époque de sa sortie en Europe, le jeu ait bénéficié d’une Edition Collector.

05 - Tales of Vesperia 02

A noter qu’à l’occasion, je le prendrai peut-être sur PS3 en version japonaise, uniquement si je parviens à finir la version japonaise de Xillia. J’ai beau connaître ce dernier par cœur, je galère pas mal, notamment dans les menus, dont la compréhension est pourtant indispensable pour les combats et les réglages qui vont avec. Sachant que je ne parle pas du tout, mais pas DU TOUT le japonais, c’est problématique (ce qui n’est également pour les spin-offs exclusivement japonais).

TALES OF SYMPHONIA : DAWN OF THE NEW WORLD

Marta

Support possédé : PS3 (Version Chronicles HD)

Note : Je mets cet épisode pour mémoire, et sans image, puisqu’il s’agit du même boîtier que Symphonia premier du nom, ces deux jeux étant regroupés en une compilation HD. D’ailleurs, que dire de cette suite ? Très critiquée, je ne l’ai pourtant pas trouvée si mauvaise, d’autant que je suis du genre amateur de fan-service, ce pour quoi j’ai été servi ! Sorti sur Wii, je l’avais raté à cette époque et ne le découvrant qu’aujourd’hui, je trouve sa réalisation très honnête, même si c’est probablement dû au fait que malgré le lissage HD, le premier Symphonia est moche (mais qu’importe le flacon…). Du coup, la réalisation de Dawn of the New World m’a paru correcte. A noter que, même si ce n’est certainement pas le meilleur Tales of, surtout quand on connaît la grandeur de son aîné, j’ai noté que quelques unes de ses musiques étaient plutôt classes et motivantes, notamment la magnifique reprise de Raising a Curtain, célèbre thème de la World map de Tales of Phantasia.

Format : se référer à Tales of Symphonia.

TALES OF HEARTS R

09 - Tales of Hearts R 01

Support possédé : PS Vita

Note : Alors attention, voici sans doute l’un des épisodes les plus enclins à ouvrir une polémique dans la série, car ici, deux écoles s’opposent radicalement : d’un côté, les joueurs qui le trouvent très mauvais, en général, les disciples de Rroyd-Y, éminent spécialiste -et c’est peu dire, de la série, même si je reconnais que je ne suis pas souvent d’accord avec ses propos, et très déçu par l’acharnement dont il s’est saisi pour dénigrer les derniers épisodes ! Et de l’autre, les joueurs qui le trouvent juste bon car, ne nous voilons pas la face, il ne s’agit pas non plus d’un excellent épisode de la série. Mais au point d’être descendu tel qu’il a pu l’être, souvent pour des raisons douteuses, il y a de quoi s’interroger.

Tales of Hearts R est le remake du jeu sorti sur DS au Japon, adapté pour l’occasion sur Vita, avec la mention R, censée relier (très, très, très, très subtilement) les épisodes d’une trilogie dont le destin aura voulu qu’elle n’aboutisse pas. De là à ce que le jeu porte la croix de cet échec, il n’y a eu qu’un pas à faire pour ses détracteurs !

La réalisation est en revanche critiquable, car on est vraiment dans une adaptation paresseuse qui, loin d’être laide, manque de panache, notamment au niveau de l’animation. Heureusement, les combats dynamiques rattrapent la donne, même si je dois reconnaître que je n’ai pas spécialement été impressionné (quoique, les mystic artes sont assez stylés !).

Quant à l’histoire, elle reste très plaisante à suivre, même si certains personnages manquent de profondeur, mais on se consolera avec un chara-design soigné.

09 - Tales of Hearts R 02

Bref, sans me prétendre grand défenseur du jeu (je m’y attèle déjà suffisamment pour Xillia), je ne trouve pas justifié tout l’acharnement qu’a subi ce jeu. Mais finalement, ce n’est que le résultat de ce que j’ai exprimé plus haut : le revers de la popularité.

Format : Je possède deux versions du jeu :

– son Edition Standard, baptisée Soma Link, bénéficiant de quelques costumes supplémentaires en DLC :

09 - Tales of Hearts R 03

– Et sa mignonne Link Edition, sortie exclusivement au Japon, dont vous pouvez retrouver l’unboxing sur mon blog, et qui contient entre autre un film de protection, une face cover, une sacoche et un support pour la PS Vita, fait suffisamment rare pour être mentionné :

12

Je suis d’ailleurs séduit par ce magnifique artwork qui illustre le coffret. Somptueux !

TALES OF GRACES F

08 - Tales of Graces F 01

Support possédé : PS3

Note : Tales of Graces est un épisode originairement sorti sur Wii (Namco Bandai était fâché avec Sony ou quoi ? Entre Vesperia, Dawn of the New World, l’adaptation de Tales of the Abyss pourtant sorti sur PS2 à la base, les Narikiri Dungeons et Graces, il y avait de quoi se poser des questions !). Mais il est finalement sorti sur PS3 sous le nom de Tales of Graces F, avec un acte supplémentaire qui se passe après la fin du jeu, accompagné d’un dispositif supplémentaire implanté dans les combats. Et généralement, il s’agit aussi de l’un des épisodes les plus appréciés de l’ensemble de la série.

Pourtant, il ne fait pas partie de mes préférés, mais préciser cela d’un opus de Tales of ne veut rien dire, venant de moi, vu que je les aime tous ! Cela dit, je dois vous avouer que j’ai eu très peur au début du jeu, car le prologue nous plonge dans l’enfance des héros, et là, c’est le drame : je n’accrochais pas, mais pas du tout avec Asbel Lhant, le personnage principal. Autant dans The Abyss, Luke apporte une dimension intéressante qui alterne entre le comique et le pathétique avec son caractère hautain au début de l’aventure, autant j’ai trouvé Asbel enfant très puant, oscillant entre le cliché du héros déterminé (à 7-8 ans, super !) et le débordement d’assurance qu’il nous inflige généreusement durant ce -fort heureusement, court prologue.

Pourtant, une fois le prologue terminé, une fois que le drame survient, tout change. Tout. Un hiatus de plusieurs années nous projette auprès d’un Asbel désormais adulte, mature, doux et avenant. Une transformation stupéfiante mais parfaitement insérée dans le contexte tragique du récit. Et à dire vrai, tous les personnages que l’on a vu enfants ont changé, en bien comme en mal, et le joueur n’est jamais au bout de ses surprises. Enfin Tales of Graces commence et là, on n’a droit qu’à du bonheur ! Asbel est décidément très plaisant et nous fait rapidement oublier le stéréotype qu’il interprétait durant son enfance, mais les autres personnages ont également beaucoup de charisme, je pense notamment à Cheria, l’éternelle amoureuse insatisfaite ou même Hubert, le frère d’Asbel, qui est d’ailleurs celui des deux qui a probablement le plus changé, auxquels viennent se joindre d’autres protagonistes sympathiques comme la rigolote Pascal ou Malik le séducteur. Sophie, quant à elle, est certes très attachante, mais ce qui fait qu’il ne s’agit pas de mon épisode préféré vient de l’obsession qu’Asbel a développée sur cette fille, probablement par culpabilité, mais qui prend une telle dimension à travers le récit qu’elle finit par éclipser le développement de ses relations vis-à-vis des autres personnages (notamment Cheria), et parfois même les relations entre les autres personnages. Par exemple, j’aurais aimé beaucoup plus de scènes pour approfondir les relations qu’entretiennent Hubert et Pascal, certaines étant particulièrement hilarantes.

De plus, j’avoue ne pas avoir eu le feeling pour le système de combat -surtout au début, ce qui peut vite être pénalisant pour un J-RPG, dans lequel on passe la majeure partie du temps à combattre. Néanmoins, rien de grave, c’est simplement que j’ai eu un peu plus de mal à m’en imprégner et qu’il m’a fallu plus de temps qu’il ne m’en faut dans la série pour en ressentir les subtilités. Cela dit, je suis fier d’avoir enfin pu faire la célèbre attaque Blue Earth, non sans mal !

Blue Earth

Il s’agit d’un Mystic Arte lancé par tous les personnages en même temps, sorte d’attaque ultime que l’on retrouve visiblement dans les opus Eternia et Rebirth. Mais alors je ne vous explique pas la manipulation pour la réaliser ! Il faut attendre un moment précis, lancer une combinaison de touches très compliquée, attendre un autre moment, et rebelote, en espérant que nos personnages résistent aux attaques incessantes de l’ennemi, jusqu’à ce que l’on déclenche enfin la fameuse attaque, qui vaut réellement le coup d’œil et augmente de manière exponentielle les enjeux et l’intensité dramatique. Si vous n’avez pas peur des spoilers, vous pouvez aisément trouver l’attaque en question sur Youtube.

08 - Tames pf Graces F 02

Format : En ce qui concerne le packaging, j’ai eu droit à l’Edition Day One, qui comprend, en plus du jeu :

– Un bel artbook,

– Un DVD contenant le making-of,

– Un CD comprenant quelques pistes issues de la musique du jeu (superbe, au passage, mais vous allez penser que je suis un peu de parti pris),

– Et en complément dématérialisé, un set de costumes à télécharger et des thèmes exclusifs pour la PS3.

Sans dire qu’il s’agit d’un Collector, je suis tout de même ravi d’avoir pu mettre la main dessus, ne serait-ce que pour l’artbook. En revanche, l’aspect collection ne m’intéressant pas encore à l’époque où j’ai acheté le jeu, ne me demandez pas où est passé la petite boîte cartonnée qui contenait l’ensemble de cette édition.

 *inspiration……

TALES OF XILLIA !

10 - Tales of Xillia 01

Support possédé : PS3

Note : Dois-je vraiment vous le présenter, celui-là ? Mal aimé par beaucoup de joueurs, il n’est pour moi, rien d’autre que mon Tales of préféré. Je dirais même plus : mon J-RPG préféré ! Hé ouais, c’est comme ça !

Je ne vais pas justifier, une fois de plus, tout ce que j’aime dans ce jeu, je vous invite simplement à lire ma critique pour comprendre pourquoi et à quel point il m’a marqué. En résumé, j’ai été profondément touché par son univers, l’ambiance, l’histoire et les personnages (Milla ! :’) ), mais j’ai aussi complètement adhéré à son système de combat particulièrement complet et dynamique.

Non mais regardez ce générique ! Magistral !

Je vous ai présenté l’Opening, mais je ne puis résister à la tentation de partager avec vous l’impressionnante Cover de l’artiste Mioune, qui nous en propose une adaptation française. En revanche, je vous préviens que les images qui défilent risquent de vous spoiler dangereusement le titre, révélant même quelques images de la fin. Vous voilà prévenus (au pire, lancez la vidéo et fermez les yeux ou focalisez-vous sur la pétillante Mioune, dont la voix saura vous transporter ^^) :

Et si le système de boutiques perd en immersion ce qu’il gagne en efficacité, que le level-design des ports relève du clonage et que les quêtes secondaires sont peu nombreuses (mais bien présentes, attention ! Ne vous laissez pas berner par ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de quêtes secondaires !), il n’empêche que j’y ai passé plus de cent heures et que, lorsque j’y rejoue encore aujourd’hui, je ne m’en lasse pas, et le redécouvre avec le même plaisir que si je regardais une nouvelle fois l’un de mes films préférés.

10 - Tales of Xillia 02

MAJ 03 - Tales of Xillia Kyun Character Pack

Format : Un Tales of que je ne suis pas près de lâcher, et que je possède désormais en trois versions différentes, comme vous avez pu le voir dans mon Unboxing :

– La version standard hong-kongaise (avec voix et sous-titres japonais),

– La version Day one,

– La version Edition Collector Milla Maxwell (un rêve !).

– Le futurepak, généreusement offert par un membre du forum d’EditionCollector.fr (Angel, si tu me lis, je te le redis une fois de plus : MERCI !),

– Et enfin, la très jolie version Kyun Character Pack, exclusive au Japon !

Mais ma passion ne s’arrête pas là pour ce jeu car j’ai également les cinq volumes du manga Tales of Xillia : Milla Side :

18 - Mangas

Cinq volumes pour résumer l’intégralité de l’aventure contée dans le jeu, cela paraît un peu léger et je confirme : pas mal de raccourcis sont pris pour se concentrer exclusivement sur les évènements importants. On notera qu’il est dommage de ne pas avoir exploré le Jude Side à un moment critique du récit, mais le tout reste assez fidèle, et l’auteur propose un dessin impeccable !

Pour satisfaire le fanboy que je deviens lorsque je parle de ce jeu, chaque couverture met en avant la classe et la beauté du personnage de Milla.

Voici également ma figurine fétiche :

19 - Alter - Milla 01

Il s’agit de la figurine de Milla Maxwell (on saura !), faite par Alter, en PVC et à l’échelle 1/8 (soit une vingtaine de centimètres de haut).

19 - Alter - Milla 02

Et une dernière figurine, cette fois-ci de Banpresto, un brin en dessous des figurines Alter, mais tout de même de qualité, de Milla Maxwell toujours, et dont vous retrouverez le déballage par ici, mais cette fois-ci, dans Tales of Xillia 2 :

MAJ 02 - Milla Maxwell ToX 2

Enfin, j’ai la Fan’s Bible de Tales of Xillia, le livre ultime que tout fan se doit de posséder -tout en japonais, bien sûr, ce qui fait que je passerai à côté de pas mal d’éléments 😥

ToX 02

Ce superbe ouvrage, dont vous pouvez retrouver le déballage en suivant ce lien, réunit de très nombreuses illustrations (d’où l’intérêt pour moi de le prendre, d’ailleurs !), mais aussi des notes, des commentaires et même des interviews. J’essaierai de voir s’il existe des traductions sur le net, histoire d’approfondir mes connaissances sur le jeu et de satisfaire le fan que je suis. Notez que si l’ouvrage vous intéresse, j’ai prévu de publier un article, les photos étant déjà toutes prêtes. Restez connectés, surtout 🙂

Et c’est tout pour cet opus. Vais-je arrêter là mon engouement pour ce jeu ? A priori, je pourrais me laisser tenter par la figurine Alter de Jude Mathis, l’autre personnage principal, un héros que j’ai d’ailleurs beaucoup apprécié pour son petit côté « à la Clamp ».

Avis de recherche !

Et si quelqu’un a une quelconque information, n’importe laquelle, et à un prix qui ne dépasse pas l’entendement, sur une édition que je recherche, exclusivement sortie au Japon, je sollicite sa bienveillance pour m’en faire part. Il s’agit de la Xillia Kyun Chara Pack Limited Edition, avec les Chibi-Figures de Jude et Milla, sur laquelle j’aimerais pouvoir mettre la main. La dernière fois que j’en ai vu une offre, c’était sur Ebay, et sans le jeu, pour un peu plus de 130 EUR. Je veux bien mettre une certaine somme dessus, mais à condition que le jeu y soit inclus, c’est la moindre des choses. Merci d’avance ! : )

TALES OF XILLIA 2

11 - Tales of Xillia 2 01

Support possédé : PS3

Note : Tales of Xillia 2 appartient à un ensemble indispensable à mon appréciation du premier opus, en ce sens que, faisant office de suite directe, il ne se contente pas de reprendre les mécanismes efficaces institués par le premier en terme de combat, mais va beaucoup plus loin en ajoutant une quantité impressionnante de quêtes annexes. Mais plutôt que d’en vanter une nouvelle fois ses qualités (tout en le défendant), je vous invite à voir ma très longue critique.

Si je le considère presque autant que le premier opus (j’ai bien dit ‘presque’), je reconnais tout de même y avoir moins joué, faute de temps.

11 - Tales of Xillia 2 02

Format : A l’instar du premier opus, je ne me suis pas contenté d’une seule version, même si j’ai été plus raisonnable. Je possède en effet :

– La version Day One, proposée dans un beau boîtier type Futurepak,

– La version Edition Collector, dont vous pouvez retrouver l’Unboxing à cette adresse.

Il n’est pas impossible que je me prenne l’OST, celle-ci étant particulièrement remarquable (je pense notamment à Splendid Spirit Dance, thème de combat spécialement composé pour un moment clef du jeu qui met en scène Milla, donc forcément… :’D).

TALES OF ZESTIRIA

00 - ToZ

Support : PS3/PS4

Note : Episode mal aimé et critiqué par de nombreux fans, notamment au Japon, Tales of Zestiria accuse le coup de par l’âge illustre de son moteur, qui est le même que celui de Tales of Xillia, sorti en 2011 ; mais aussi par des problèmes de caméra extrêmement déplaisants pendant les combats et, sur un point que je trouve absurde, par le fait qu’Alisha ne fasse que de courtes apparitions dans le jeu alors qu’elle avait été mise en avant durant la promotion. Bref, nous sommes tout de même d’accord sur un point, Zestiria n’est pas parfait, et j’avoue qu’il ne risque pas de faire partie de mes épisodes préférés.

Pourtant, il n’en est pas moins un bon jeu, et même un bon cru de la série, car il remplit son contrat sur bien des points, notamment au niveau de son histoire très accrocheuse, ses personnages charismatiques et attachants, son système de combat qui propose tout de même des éléments intéressants et surtout, sa musique hallucinante ! L’une des plus belles BO de Motoi Sakuraba, assurément !

MAJ 04 - Tales of Zestiria Edition CollectorFormat : Je ne possède qu’une seule version de Tales of Zestiria :

Tales of Zestiria – Edition Collector sur PS4.

Par ailleurs, je possède également la superbe figurine Alter du personnage Alisha :

19 - Alter- Alisha

Alisha est en partie responsable de la polémique qui a suivi la sortie du jeu, mais qui n’en reste pas moins une beauté de chara-design que seuls les Tales of peuvent nous offrir. Cette figurine ne fait qu’attiser l’impatience que je ressens pour ce petit Zesty et vous retrouverez son Unboxing ici.

LES SPIN-OFFS

Et voici la partie consacré aux outsiders ! La série ne s’arrête pas qu’à des jeux dits Mothership, mais s’est bien entendu adonnée à l’exercice du spin-off, et autres produits dérivés.

En l’espèce, vous constaterez que peu de spin-off ont traversé la frontière japonaise, à l’exception notable de Tales of the World : Radiant Mythology sur PSP. Pour le reste, c’est niet et c’est bien dommage, car quelques petites perles méritaient de se faire connaître, et je vais vous en montrer quelques unes bien entendu. Cependant, attention ! Ne parlant pas du tout japonais (les seuls mots que je comprends sont ceux que l’on entend régulièrement dans les animes -_-‘), je n’en ai bien évidemment pas exploré les moindres subtilités ce qui, par conséquent, me limite à des jeux qui ne nécessitent pas des connaissances linguistiques pour en apprécier le gameplay (en gros : si moi taper, moi comprendre !). Vous imaginez donc à quel point je galère quand je me lance dans un Narikiri Dungeon sans fan translation.

Je vous laisse donc découvrir ma petite collection qui regroupe de bien jolies petites perles, pour la plupart regroupées sous l’appelation Tales of the World :

12 - Narikiri Dungeon 01

TALES OF PHANTASIA : NARIKIRI DUNGEON

Support possédé : GB (exclusivement au Japon)

Note : Premier épisode de la déclinaison Narikiri Dungeon, elle-même que l’on peut considérer comme première « trilogie » des Tales of the World. La série emprunte alors au style Dungeon-RPG, puisque le but est d’enchaîner les combats dans une succession de donjons, avec de temps en temps un pit stop dans les villages, à la recherche de nouvelles quêtes.

Dans le cas présent, il s’agit d’un spin-off de l’univers de Tales of Phantasia et qui apporte donc les prémices d’un concept qui s’appliquera désormais à du cross-over !

Je vous avoue que les Narikiri Dungeon sont ardus si vous ne maîtrisez pas le japonais, car il y a de nombreux dialogues et une histoire qui permettent d’étoffer davantage le background de l’opus Phantasia. Comme j’aurais aimé parler japonais plutôt que de me taper des Fan Translations, parce qu’alterner entre l’écran de la console et celui de l’Ipad, ce n’est pas toujours pratique.

Format : Je possède deux versions du jeu :

– la version originale sortie sur GBC avec sa boîte et son mode d’emploi :

13 - Narikiri Dungeon 1

– et son beau petit remake sorti sur Vita, Tales of Phantasia Narikiri Dungeon X :

15

TALES OF THE WORLD : NARIKIRI DUNGEON 2

14 - Narikiri Dungeon 2

Support : GBA (exclusivement au Japon)

Note : Voici donc un nouvel épisode de Narikiri Dungeon, qui délaisse l’exclusivité de l’univers Phantasia pour prendre désormais des allures de Cross-over, sous le nom de Tales of the World, spin-off qui sera développé en parallèle de la série classique pour satisfaire le fan service. Sorti sur GBA, le jeu bénéficie d’améliorations évidentes, avec un graphisme mignon et coloré ainsi qu’une bande-son de bonne qualité. Le jeu reprend les fondamentaux du premier épisode, savoir un dungeon-RPG où l’on guide deux personnages inédits à travers des donjons, accompagnés des héros des opus Phantasia, Destiny et Eternia. A l’instar de l’épisode précédent, à moins d’y jouer avec un script translation à nos côtés, impossible d’avancer si on ne comprend pas un mot du japonais.

Format : J’ai également pu me procurer le jeu avec sa boîte et son mode d’emploi.

TALES OF THE WORLD : NARIKIRI DUNGEON 3

15 - Narikiri Dungeon 3

Support : GBA (exclusivement au Japon)

Note : Dernier opus de la trilogie Narikiri Dungeon, et dernier opus à sortir sur GBA d’ailleurs, le jeu reprend le même concept que son aîné, en y ajoutant cette fois, en plus de ceux déjà en place, les personnages des opus Destiny 2 et Symphonia.

Format : Comme pour les précédents, j’ai pu me procurer le jeu complet, avec boîte et mode d’emploi.

TALES OF THE WORLD : RADIANT MYTHOLOGY

16 - Radiant Mythology 1 01

Support : PSP

Note : Par miracle, un Tales of the World est sorti en Occident. Ce jeu méconnu par chez nous à ce moment-là, est passé inaperçu, ce qui a sans doute empêché Namco Bandai de sortir ses suites car oui, nous avons là le début d’une toute nouvelle trilogie dans la lignée de Narikiri Dungeon, avec cette fois l’appellation Radiant Mythology. Attention, profitez-en bien, car il s’agit là du seul et unique Tales of the World traduit (en anglais bien sûr, il ne fallait pas trop en demander non plus !), ce qui nous permet d’en profiter pour comprendre le principe de la narration mise en place. On a donc toujours du Dungeon-RPG qui fait croiser les différents personnages de la série, à savoir, ici : Phantasia, Destiny, Eternia et Symphonia, auxquels s’ajoutent Rebirth, Legendia et the Abyss, ce qui commence à faire un sacré casting !

16 - Radiant Mythology 1 02

Format : Rien de bien original, j’ai le jeu avec boîte et mode d’emploi.

TALES OF THE WORLD : RADIANT MYTHOLOGY 2

RM2

Support : PSP (exclusivement au Japon)

Note : Si le premier Radiant Mythology est sorti sur PSP en Occident, ses suites n’ont pas connu le même parcours, ce qui est fort dommage. Probablement pour ne pas avoir bien marché, l’expérience n’a donc pas été renouvelée par chez nous. C’est d’autant plus décevant qu’aujourd’hui, une second jeunesse semble se faire pour les Dungeon-RPG grâce à des séries comme l’épatant Etrian Odyssey sur 3DS ou des jeux plus confidentiels comme Operation Abyss ou Demon Gaze sur Vita.

16

Format : Je possède le jeu avec boîte (et sa superbe illustration !!) et mode d’emploi.

TALES OF THE WORLD : RADIANT MYTHOLOGY 3

RM3

Support : PSP (exclusivement au Japon)

Note : Telle une trilogie, Radiant Mythology a gratifié la PSP d’un troisième et dernier épisode, qui plus est d’excellente qualité, aussi bien dans sa réalisation que pour le casting qu’il propose. J’en arrive à me demander si je ne devrais pas trouver l’un de ces patchs qui nous permettent de jouer à une version traduite du jeu, s’il en existe !

18

Format : A l’instar des deux précédents épisodes, j’ai pu me procurer le jeu en version boîte avec mode d’emploi. Et décidément, les illustrations du 2 et du 3 sont particulièrement superbes !

TALES OF THE HEROES : TWIN BRAVE

17 - Tales of the Heroes 01

Support : PSP (exclusivement au Japon)

Note : Voici un autre jeu inédit, que je possède dans sa très attrayante Premium Edition. Il s’agit d’un autre spin-off de la série, qui nous propose cette fois du Beat them all à la Dynasty Warriors…mais avec les héros des Tales of. Oh, avez-vous remarqué qui est mis en avant sur la couverture ? ^^

Un jeu purement fan-service, ne nous voilons pas la face, mais P…n, que c’est jouissif ! Et qu’attendiez-vous d’autre de ma part ? En plus, quel bonheur de profiter d’un jeu sur portable avec un générique japonais qui envoie du lourd ! Une jolie petite pioche qui ne nécessite pas spécialement de maîtriser la langue japonaise pour avancer dans le jeu, même si on est vite perdu avec les dialogues.

17 - Tales of the Heroes 02

Format : C’est cette version Premium Edition qui m’a convaincu d’acquérir le jeu. Bon, évidemment, vous conviendrez que les Dramas se présentant sous la forme de trois CD Audio ne m’apporteront pas grand-chose, si ce n’est d’apprécier la beauté de la langue japonaise 😀

En attendant, je vous invite à retrouver l’Unboxing sur mon blog.

PHOTOS D’ENSEMBLE DE MA COLLECTION

01

02

04

05

06

08

09

Mes futures acquisitions

Si jamais j’ai la possibilité de parcourir Rebirth d’une manière ou d’une autre, je pourrai enfin me laisser tenter à des épisodes tout aussi prestigieux tels que Destiny 2 (et je parle de la vraie suite de Destiny, pas de Destiny II qui s’avère être Eternia aux Etats-Unis) par exemple, ou encore Legendia, à moins que je n’arrive à me procurer une PS2 US pour pouvoir m’y prendre son opus !

En outre, je recherche :

– La figurine Milestones (et non Alter, comme je l’ai cru pendant longtemps. Merci à Jabberwock du site Kingdom of Tales pour cette précision 🙂 ) de Tear Grants (Tales of the Abyss) à moins de 150 EUR (ne riez pas, je sais que c’est mission impossible !).

– La PS3 Tales of Xillia X Edition, mais à voir selon le prix (ce n’est pas une priorité, en somme !)

Pour le reste, cela dépend du moment. Si je tombe sur une bonne occasion, je ne suis pas réfractaire, à condition que le produit soit en bon état et, collection oblige, surtout pas en loose.

Un mot sur l’avenir de la série dans mon petit cœur de fan

Le revers de popularité que connaît actuellement la série, et que je mentionne en parlant de Tales of Hearts R, n’est visiblement pas près de s’arranger, car la sortie de l’épisode Tales of Zestiria ne s’est pas faite sans heurt au Japon, et a été la goutte d’eau auprès des fans, qui commencent à se lasser du manque de renouveau. Peut-être que le nouvel épisode annoncé, Tales of Berseria, saura chasser ces maux qui pèsent sur la série, mais dans tous les cas, je m’attends à ce que trop de changement fasse crier « à l’hérétique ! », un peu comme ce qu’il s’est passé avec le controversé Final Fantasy XIII. Résultat : Square Enix galère pour sortir son épisode XV, attendu au tournant et lequel ne semble visiblement pas avoir droit à la moindre petite erreur (pourtant, première grossière erreur : pas de personnage féminin jouable pour l’instant !).

Dans mon cœur de fan, je vous avoue que j’attends de Berseria qu’il ne renouvèle pas complètement la série, mais qu’au contraire, il en retienne le meilleur pour nous livrer un épisode traditionnel, certes, mais qui mette davantage en avant les qualités qui ont fait les grandes heures de gloire de la série.

Bon, pardonnez cette petite digression sur une autre série, mais à ce jour, comme vous avez pu vous en rendre compte, je complète petit à petit ma collection, et reste désormais plus aux aguets lorsqu’il s’agit des Collectors ^^

Cet article prend fin, je vous remercie de m’avoir lu, et suis ravi d’avoir pu vous montrer cette petite collection.

Bien à vous,

Hyperion_Seiken

Publicités

4 réflexions sur “Ma Collection TALES OF

  1. J’aime bien la photo de famille, c’est assez imprésionnant!
    Je crois que j’étais passé à côté de ton unboxing du collector Eternia, chose maintenant rectifiée. Je trouve ce collector assez sympathique en somme, même si je trouve toujours étrange un réveil dans un collector.
    De même je viens de m’appercevoir, que je n’avais pas vu celui de Twin brave, collector qui me fait aussi un peu baver.
    Il y a quand même quelques collectors qui maintenant arrivent jusqu’à chez nous, avec un petit plus parfois puisqu’il me semble que le SB du collector Zestiria n’était pas présent dans le collector japonais.
    En espérant que ta collection s’aggrandisse! 🙂
    D’ailleurs, qu’est-ce que tu aimerais avoir pour le prochain collector Tales of?

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Kalced, merci beaucoup pour ton commentaire 🙂
      J’avoue aussi que le réveil du Collector d’Eternia lui donne un côté un peu WTF 😀
      Quant à Twin Brave, c’est effectivement l’un de mes Collectors préférés dans la série, mais en général, je trouve les Collectors sur PSP ou PS Vita vraiment très réussis. Celui de Tales of Hearts R, par exemple, est particulièrement classe et propose des illustrations qui le mettent vraiment en valeur, quand on l’expose !
      Et tu as raison, le boîtier métal de Zestiria est une exclusivité par chez nous et, depuis Xillia, ils ont décidément pris une bonne habitude (même si, comme l’a souligné notre cher Angel, sur le forum, leur intérieur n’est jamais illustré ^^).
      Pour mes prochains Tales of, j’avoue que je ne suis pas trop décidé. D’un côté, il y a la PS3 spéciale Tales of Xillia, mais elle est quand même assez chère, donc c’est en suspens, et de l’autre, j’aimerais bien investir dans une PS2 américaine pour pouvoir me prendre les épisodes Tales of Destiny (PS1) et Tales of Legendia (PS2) ! Je pense que je m’orienterai plus vers ces acquisitions ^^

      J'aime

  2. Ta collection et ta connaissance de la saga est admirable ! Très content de t’avoir trouvé un peu par hasard sur Twitter. Je t’avoues que je suis un peu re-tombé amoureux de la saga après avoir fait Berseria. Au plaisir de te relire du coup 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Salut, je te remercie pour ton commentaire, ça me fait vraiment plaisir de lire ça ! 🙂
    Ma connaissance de la saga n’est pas si grande, car en dehors des épisodes mothership, je ne connais pas comme je l’aurais voulu tous les spin-offs (notamment ceux sortis uniquement au Japon) :p
    En tous cas, ça fait aussi plaisir de voir que Berseria est autant apprécié, c’est un épisode qui le mérite réellement, ne serait-ce que pour son histoire tragique et son casting parfait. A très vite 😉
    PS : pour ma collection, comme j’ai un peu délaissé le blog ces derniers temps, je n’ai pas eu l’occasion de mettre à jour toute la collection entière, avec notamment tous mes collectors Berseria + la figurine de Velvet, et même le collector US de Xillia ^^’

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s